film-institutionnel-alstom-highlights-2012

Lien pour lancer la vidéo « Highlights 2012 » d’Alstom

L’exercice de la présentation vidéo des faits marquants pour l’année écoulée est devenu un classique de la communication institutionnelle.

Communiquer sur ses succès commerciaux, ses nouveaux projets, son savoir-faire, sa croissance, et sa RSE, entretient l’image et la notoriété de l’entreprise.

Mais la réalisation de ce type de film institutionnel n’est pas si simple, pour autant qu’il reste un peu de budget en décembre et que l’actualité de l’entreprise fut suffisamment riche. Sa réalisation doit plaire à une large audience : actionnaires, partenaires, clients, collaborateurs, journalistes, … tout en étant un peu innovante.

L’exemple de cette réalisation vidéo pour Alstom nous montre comment contourner les difficultés récurrentes de ce type de projet.

La première consiste à trouver une mise en forme qui fait le lien entre un existant de contenus très disparates : photos, vidéos, articles de presse, logos, documents audio, illustration en 3D, … Et le procédé de la mise en forme ne doit pas prendre le pas sur l’information elle-même !

La seconde (et la plus difficile) est de dynamiser et de structurer une succession d’informations, beaucoup trop longue et trop dense pour ne froisser personne.

La troisième difficulté tient à la mauvaise qualité de certaines sources alors que cette vidéo est d’abord destinée à des projections sur grand écran. De plus il y a parfois un déséquilibre d’illustration entre les sujets ou les pays …

Dans la vidéo d’Alstom, le dynamisme vient de la variété des images et des styles d’images que renforce le découpage de l’écran en plusieurs fenêtres. La combinaison des photos avec des plans vidéo inédits et des illustration 3D, fonctionne bien. Il y a toujours du mouvement, soit dans l’apparition des images, soit à l’intérieur des images, soit dans l’affichage des titrages.

L’habillage graphique structure la masse des informations. La représentation des tablettes graphiques est bien sûr une mode passagère mais elle a l’avantage, avec la main qui fait glisser les contenus, de dynamiser et de bien structurer l’ensemble du film.

Le travail sur la bande son est essentiel pour apporter de la fraicheur à ce genre de film institutionnel (bruitages et plusieurs musiques « bien dans l’air du temps »).

L’effet « technologique » sur le titrage des parties appuie un message secondaire d’innovation technique. L’affichage des informations, en surimpression dans des cartouches noir et blanc, est très lisible.

La réalisation de ce film institutionnel est de Capa Entreprises.

 

+ Philippe Sauty (edit)

Lire d’autres articles autour du sujet de la vidéo des Faits Marquants en entreprise :

 

Share →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.